LE 24 AVRIL À PARTIR DE 19H30 AVEC SAID SADI

AVRIL 80 : POUR UNE MISE EN PERSPECTIVE

Said Sadi fut au centre de la mobilisation du Printemps berbère. Il fait partie des 24, camarades de combat, qui seront détenus jusqu’au mois de juin. En 1980, il avait 33 ans. Médecin, spécialiste en psychiatrie, militant culturel, écrivain (Askuti, Imedyazen, 1982), essayiste, biographe (Amirouche ou Chérif Kheddam), responsable politique, Said Sadi est une figure de premier plan de l’Algérie contemporaine.  Depuis 2020, il a entrepris d’écrire ses mémoires. Après un premier tome, La Guerre comme berceau (1947-1967) paru chez Frantz Fanon en 2020, il vient de publier le Tome 2, La fierté comme viatique (1967-1987) chez le même éditeur. Au centre de cette livraison il y a l’émergence du mouvement culturel berbère, sa consolidation, le Printemps berbère d’Avril 80 et le combat pour les droits de l’Homme avec la création de la Ligue Algérienne des Droits de l’Homme, pour laquelle avec Arezki Aboute, Arezki Aït-Larbi, Saïd Doumane, Ferhat Mehenni, Ali Fawzi Rebaïne, il fut interné dans le terrible pénitencier de Tazult-Lambèse.

L’occasion de revenir avec l’acteur et témoin sur ces événements et, avec l’analyste et l’intellectuel, de les inscrire dans l’ici et le maintenant.

Rencontre animée par M’Hidine Ouferhat & Mustapha Harzoune

En direct sur la page Facebook de l’ACB – Paris