« Matoub tel que je l’ai connu »