ATELIER D’ECRITURE BIOGRAPHIQUE

« Un vieillard qui meurt c’est une bibliothèque qui brûle »
(dicton attribué à Ahmadou Hampaté Bâ)

L’écriture biographique consiste à mettre en mots la vie d’autrui ou sa propre vie. Ecrire le vécu des parents, des proches, des anonymes ou des célébrités. Elle peut relever d’un projet individuel, intimiste, familial comme avoir des implications plus larges, collectives. L’écriture biographique contribue alors à interroger les mémoires, aider à la transmission, permettre les filiations, créer du lien notamment  entre les générations et donner un surplus de sens à nos vies.   Dans le contexte qui est celui de l’immigration, et notamment de l’immigration kabyle, les enjeux sont multiples et les aventures enthousiasmantes.

 L’objectif d’un tel atelier est d’abord d’inciter à la mise en œuvre de ce projet en offrant un accompagnement. Il vise à  donner des clés, fournir une méthode de travail et  les outils qui permettent d’approcher un témoin, de recueillir l’information, de préparer un entretien, de réaliser une interview, avant  de passer à l’écriture…

Il ne s’agira pas ici de former au métier de biographe mais d’apprendre à constituer un « matériau » avec lequel chacun pourra « mettre en scène » la vie de l’autre par l’écriture mais aussi par l’image, un sujet qui sera abordé.

Les thèmes et enseignements sont multiples : Pourquoi écrire une biographie ? Pour qui ? Apprendre à travailler sur le témoignage. Exercices de prise de notes. Choisir son sujet.  La relation du biographe avec son sujet – Modalités pratiques, techniques – Le matériel – La collecte d’informations (documents, photos, lettres, articles de presse, souvenirs divers) – La préparation et les techniques de l’interview – Exercices pratiques – La transcription – Le passage à l’écriture – Mise en commun des travaux…

Dans le cadre de la préservation de la mémoire, le film Une journée au Soleil sera diffusé. Ce documentaire sur l’histoire de l’immigration kabyle en France à travers les cafés servira notamment à illustrer l’utilisation qui peut être faite de témoignages.

Enfin une forme d’accompagnement ponctuel dans la réalisation des projets individuels pourra être envisagée.

Témoignages

« J’ai apprécié que tu nous aies dispensé des conseils pour apprendre à rédiger une biographie, voire – qui sait ? et en toute modestie – une autobiographie ! (…)  Tes conseils nous ont été prodigués avec tact selon les difficultés de chacun à s’exprimer et à exposer des faits qui peuvent relever de l’intime. J’ai bien aimé ton approche historique, à l’appui de références et supports littéraires comme cinématographiques, notamment lors de l’atelier consacré à ton documentaire « Une journée au soleil ». Cela m’a permis d’enrichir mes connaissances encore trop vagues sur l’histoire de l’immigration algérienne » (Lila).

« Je tiens à te remercier pour ces 4 cours très enrichissants. Ce fut un grand plaisir de profiter de ton expérience et d’apprendre sur l’écriture biographique, les méthodes d’écriture, les techniques d’entretien avec des exercices pratiques. Merci infiniment de nous avoir transmis ta passion avec patience et bienveillance. J’espère avoir la chance d’approfondir ces connaissances à l’occasion d’autres cours à l’ACB. Je remercie également l’ACB pour cette superbe initiative, en souhaitant de tout cœur pouvoir continuer » (Samia).

Enseignante
Marie-Joëlle RUPP

Marie-Joëlle Rupp a d’abord suivi des études de lettres modernes, avant de se tourner vers le droit (maîtrise en droit du travail,  DEA en criminologie et pénologie à Paris 1 Panthéon Sorbonne).

Essayiste, biographe Marie Joëlle Rupp a publié de nombreuses biographies, dont :
Vinci soit-il, biographie du chanteur Claude Vinci, préface Gilles Perrault, Le Temps des cerises, 2006
Serge Michel, un libertaire dans la décolonisation, préface Jean-Claude Carrière, IbisPress, 2007 et Apic en 2012
Vigné d’Octon, un utopiste contre les crimes de la République, préface Jean Lacouture, IbisPress, 2009, Prix Paul Vigné d’Octon de l’Académie des sciences morales et politiques 2010.
Théodore Monod, Appel à témoins, préface Ambroise Monod, IbisPress, octobre 2010
« Henri AllegSerge Michel, regards croisés sur la presse de combat », in Défis démocratique et affirmation nationale, ouvrage collectif, ed. Chihab, 2016

Comme journaliste elle a collaboré aux pages livres du Monde diplomatique (littérature subsaharienne), au Soir d’Algérie et autres médias français et étrangers.

Avec Arezki Metref, elle a cosigné le documentaire Une journée au soleil Productions, BIP TV (Berry Issoudun Première Télévision), consacré à l’histoire de l’immigration algérienne en France, à travers les cafés.

Depuis de nombreuses années Marie-Joëlle Rupp anime les rencontres littéraires de l’ACB. Son travail biographique porte sur des acteurs et témoins de l’Histoire liés à la décolonisation en Afrique et en Algérie en particulier. Tous ses personnages ont en commun un engagement humaniste et citoyen ouvert sur le monde.

A écouter :

La présentation de l’atelier par Marie-Joëlle Rupp Voir ici ►

Session

5 séances de 1h30 – les Mercredis de 18h30 à 20h00
En raison de la crise sanitaire le nombre de personnes par atelier sera limité à 6

Horaires :

Renseignements et préinscription auprès du secrétariat : 01 43 58 23 25

Tarif :

Adhésion de 30 € + cotisation de 10 € par session
Renseignements et inscription au secrétariat

A voir  :

L’ACB a reçu Marie-Joëlle Rupp le 6 mars 2019 pour sa biographie VIGNÉ D’OCTON

Un utopiste contre les crimes de la République, Ed. Domens Voir ici ►